Désert du Badain Jaran (Chine, Mongolie Intérieure) - Enchaînement de dunes géantes avec randonneuse en rouge marchant sur la crête
 

Album photos Chine - Badain Jaran

Le nord de la Chine s’est ouvert ces dernières années au tourisme, permettant de découvrir différentes régions aux paysages exceptionnels. Le désert du Badain Jaran est caractérisé par ses dunes de sable blond parmi les plus hautes du monde au pied desquelles se trouve toute une série de lacs (plus de 150). Ce désert est une partie du désert de Gobi et s'étend sur plusieurs provinces chinoises (Ningxia, Gansu et Mongolie Intérieure). Le point de départ des excursions est la ville d’Alaxa Youki où on peut louer des véhicules 4x4 avec chauffeur qui sont indispensables pour s'y déplacer. Certaines agences françaises spécialisées proposent des treks de plusieurs jours à pied ou à dos de chameaux, ce qui est une autre option. Le meilleur moment pour s'y rendre semble être les mois d’avril ou de mai. L'hiver peut être très froid (jusqu'à - 30°C) et la période d'été est chaude (jusqu'à 40°C) avec un risque de pluie. Par ailleurs, le tourisme national est en plein développement, et l'été, les touristes chinois affluent de plus en plus nombreux à apprécier les voyages "d'aventure". Les possibilités d'hébergement sont de plusieurs types selon les endroits : l'immense hôtel tout confort à l'entrée du parc construit depuis peu, la nuit sous la tente sur le sable (éviter les bords des lacs infestés de moustiques et de tiques), ou bien la chambre chez l'habitant (quelques familles, qui ne vivent là que quelques mois de l'année, louent des chambres). Un des sites incontournable est le lac du Badain Jaran au bord duquel se trouve un joli temple bouddhiste tibétain. Les premiers rayons de soleil éclairant le temple qui se reflète dans les eaux du lacs sont un spectacle magnifique. Les lacs sont la principale attraction, ils sont souvent bordés d'une frange de végétation et de quelques bouquets de peupliers dont le vert contraste avec l'environnement aride. Ils sont alimentés par une nappe phréatique d'eau douce contenue dans les sables. Certains sont asséchés et sont devenus des lacs de sel tout blancs. Mais il faut aussi prendre le temps de marcher dans les dunes, grimper sur leurs crêtes, même si certaines ont une hauteur de 200 à 500 mètres (pour la plus haute, Bilutu), afin d'avoir une vue panoramique sur les enchainements de crêtes aux formes déliées et embrasser du regard les vallées avec leurs lacs en contrebas. C'est là qu'avec un peu de chance on peut entendre le chant des dunes, cet étrange bruit sourd et continu émis par le sable.